URHIC

Le Centre haïtien de recherche et d’Actions pour le développement comprend actuellement trois entités : l’Université des Palmes (UNIP), l’Association coopérative d’Epargne et de crédit Men Ansanm (ACECMA) et l’Unité de recherche en histoire coloniale (URHIC)

  1. UNIP
  2. ACECMA 
  3. URHIC

Unité de Recherche en Histoire Coloniale ( URHIC )

L’unité
de recherche en histoire coloniale est créée en avril 2018. Pourquoi cette
unité de recherche ?

A partir du XVe siècle, les Européens entreprennent la conquête du monde. L’une de leurs préoccupations majeures a été leur désir, prétendent-ils, d’apporter aux populations considérées comme païennes, la foi catholique, la “vraie foi”, et d’étendre ainsi les frontières de la chrétienté. Dès le début du XVe siècle, l’expansion européenne commence sur la côte atlantique de l’Afrique. En 1492, Christophe Colomb, un Génois au service de la couronne espagnole débarque à Ayiti, l’actuelle république d’Haïti, dont les populations autochtones d’origine asiatique seront décimées, à cause des guerres sanglantes qu’elles ont dû soutenir contre les envahisseurs, des maladies importées dans l’île par ces derniers, de la faim et des travaux forcés dans les mines. Elles seront remplacées par des Noirs importés de l’Afrique dans le cadre du système de la traite négrière. D’où la composition actuelle de la population haïtienne, formée essentiellement de Noirs.

La conquête du continent américain sera suivie bien vite par l’exploitation outrancière de ses ressources minières par les Espagnols et les Portugais. Mais les autres puissances européennes (l’Angleterre, la France, les Pays-Bas notamment) ne laisseront pas à ces deux États de la péninsule ibérique le loisir de profiter seuls et paisiblement des richesses immenses du continent. Elles se lanceront bientôt à la conquête de la chasse-gardée hispano-portugaise, ce qui leur a permis de s’implanter dans différentes régions de l’Amérique, au grand dam de l’Espagne et du Portugal. C’est dans ce contexte que la France va faire main basse sur une grande partie des îles de la Caraïbe dont Haïti, qui deviendra le joyau de son empire colonial, à cause de la prospérité étonnante de cette colonie, prospérité qui trouve sa source dans l’agro-industrie sucrière et l’exploitation de la force de travail de plus de 500 000 esclaves, ravalés au rang de bêtes de somme. Au terme de treize années de guerre (1791-1804), ces derniers ont fini par secouer le joug de l’esclave et donner naissance, le 1er janvier 1804, à un État indépendant, Haïti, après y avoir chassé leurs oppresseurs. Cette tranche de l’histoire de notre pays, qui va de 1492 à 1804, est très mal connue. C’est ce qui justifie la création de l’URHIC (Unité de recherche en histoire coloniale), par le Centre haïtien de recherches et d’actions pour le développement (ChrAD). Cette unité de recherche doit favoriser la recherche non seulement sur cette période de l’histoire haïtienne, mais aussi sur l’histoire de la colonisation européenne dans les différentes régions de l’Amérique à l’époque moderne.